Trouver la source

Pour panser une blessure, mettre fin à un automatisme, briser une croyance limitante, en finir avec les réactions, nettoyer son intérieur, il est bon de soigner la source primordiale du mal, et non les petits ruisseaux adjacents.

Mais, il s'avère que c'est un travail long et difficile, on ne sait vraiment par où commencer car divers ruisseaux s'ajoutent au fil du temps, cours d'eau qui se mêlent, s'entortillent, et nous induisent parfois en erreur. Pour ne pas se perdre dans ce travail, il est bon de se cramponner au ruisseau et le remonter, cela est parfois fatiguant émotionnellement et physiquement car certains flots sont plus denses et agités que d'autres. Dans ces conditions, voici l'embarcation la plus adaptée pour ce voyage : le "pourquoi ?". Pour l'utiliser, il faut être à l'écoute de son intérieur, de ses émotions.

En effet, lorsque l'on traverse une situation qui nous rend triste, mal à l'aise, en colère, ou encore toute autre émotion négative liée à la peur, il est bon de se demander "pourquoi ?"cette émotion nous touche t-elle. En remontant le cours du ruisseau jusqu'à la source, qui est souvent lointaine.

Voici un exemple clair :

Je suis mal à l'aise lorsque l'on me fait un cadeau.

- Pourquoi ?

Parce que je ne sais pas recevoir.

- Pourquoi ?

Parce que je ne pense pas mériter, je ne me sens pas digne.

- Pourquoi ?

Parce que je pense ne pas avoir reçu assez d'amour quand j'en avais besoin.

- Pourquoi ?

Parce que j'ai été écarté, mis de côté durant mon enfance.

- Pourquoi ?

Parce que quand j'étais petit mes parents m'ont un peu délaissés lorsque mon petit frère est né. Dès lors, je me suis construit sur cette croyance que je ne suis pas digne d'être aimé par mes parents, de recevoir de l'amour. Ce n'est peut-être pas la réalité mais c'est ce que j'ai ressenti dans mon cœur d'enfant. Comme je n'ai pas su mettre de mots sur mes maux, cette blessure de l'abandon s'est ancrée en moi, et, aujourd'hui, mon regard d'adulte est faussé. Le ruisseau est la gène de recevoir, la source est la blessure de l'abandon.

Un autre exemple :

Cela m'insupporte lorsque l'on me dicte comment élever mes enfants.

- Pourquoi ?

Car je n'ai de conseils à recevoir de personne.

- Pourquoi ?

Parce que je me suis faite toute seule.

- Pourquoi ?

Parce que mes parents étaient physiquement/émotionnellement absents.

On note dans cet exemple une colère encore présente, bien que très lointaine. Colère qui résulte de ce sentiment d'absence d'un ou des parents. La source est la blessure d'insécurité.

Chaque blessure donne naissance à une multitude de réactions différentes. Reprenons le dernier exemple, mais en changeant l'émotion ressentie :

J'ai honte lorsque l'on me dicte comment élever mes enfants.

- Pourquoi ?

Parce que cela me donne l'impression d'être incompétente.

- Pourquoi ?

Car je n'ai pas confiance en moi.

- Pourquoi ?

Parce que ma grande sœur me rabaissait tout le temps lorsque nous étions petites.

- Pourquoi ?

Parce qu'elle ne m'aimait pas.

- Pourquoi ?

Car elle a du tout partager avec moi quand je suis née : jouets, chambre, parents...

La source de ce sentiment de honte qui m'habite aujourd'hui provient donc de ma petite enfance, période durant laquelle ma sœur semblait me détester et me rabaissait. La blessure est celle de la dévalorisation.

Une fois la blessure mise en lumière, nous pouvons aller plus loin dans le travail afin de nous libérer, toujours avec cet outil des questions réponses :

Suis-je vraiment incompétente ? Non, j'ai simplement laissé la jalousie de ma sœur me blesser et prendre le dessus sur l'enfant que j'étais.

Ma grande sœur me détestait-elle vraiment ? Non, elle n'avait simplement pas les bons outils pour exprimer sa peur lorsque je suis arrivée au foyer, alors, sa souffrance intérieure s'est transformée en jalousie à mon égard.

Cette technique du "pourquoi ?" est très efficace lorsque l'on est honnête avec soi-même, quand on accepte de regarder la vérité en face. Cela peut être douloureux, car, au fil du ruisseau d'anciens souvenirs enfouis remontent à la surface, d'anciennes blessures nous apparaissent avec les émotions qui les accompagnent. Mais, ce n'est qu'en regardant ce qui est que l'on peut se soigner et se libérer.

A noter qu'une blessure pansée met fin à plusieurs croyances/automatismes/réactions, car une même blessure engendre divers maux différents.

Il est maintenant temps d'embarquer et se libérer.

 

Emilie Dedieu

×