Travailler avec son ego

Parfois, nous nous sentons bien, tête et esprit sereins, les situations difficiles ne nous touchent à peine, MAIS, notre corps accueille tout de même des maux et maladies. Pourtant, nous nous sentons vraiment paisible et ne pensons pas nous voiler la face en occultant les soucis, nous avons sincèrement l'impression de les vivre sereinement... mais notre corps dit le contraire. Comment cela est-ce possible?

Je répondrais que dans ces cas là, nous sommes bien relié à notre moi supérieur, qui ne s'inquiète de rien, qui est paisible et heureux, nous nous sentons donc assez léger, on vole au dessus des obstacles. MAIS, une partie de nous est mise de côté, la partie qui contient notre ego/mental. Nous nous sommes tellement relié au moi supérieur, que nous avons délaissé notre mental, finalement nous vivons presque dans une bulle, une illusion.
 
En réalité nous devons apprendre à avancer avec nos deux parties: spirituelle et mentale. Certes, le mental doit travailler pour l'âme et non contre elle, mais, il ne doit pas être écarté, au risque de créer une division intérieure. On me montre clairement une personne coupée en deux, avec à gauche le côté spirituel et à droite le mental, on m'explique que lorsqu'une personne est reliée à une seule partie, elle n'est pas équilibrée car un côté avance tandis que l'autre stagne, et cela créé un conflit.
 
Le mental a toujours besoin d'être rassuré, que l'on soit "éveillé" ou non. Lorsque l'on est bien relié au moi supérieur, celui ci nous fait du bien car il n'est que lumière et amour, alors nous préférons regarder sur notre gauche et lui tenir la main, mais, à notre droite reste l'ego que l'on ignore. Nous ne devons ni regarder trop à gauche, ni regarder trop à droite, sinon nous n'irons que d'un côté, nous devons regarder tout droit.
Une non-écoute de l'ego l'enferme et l'isole. Enfermer l'ego n'est pas une bonne chose, car pour se faire entendre il va créer des maux et accidents.
 
Un conseil pour écouter son ego, dialoguez tout seul, formez des questions (mental) et réponses (âme) avec des réponses toujours positives. Par exemple si j'ai peur d'aller chez le dentiste, je vais écouter mon ego me dire: ca fait mal j'ai peur. Puis mon moi supérieur répondra: de nos jours le dentiste ne fait plus mal du tout! Mon ego ajoutera surement en piochant dans les souvenirs: souviens toi quand tu étais petite le dentiste était un cauchemar. Mais mon moi supérieur conclura: petite oui mais c'est du passé, et quand j'y suis allée il y a 6 mois je n'ai rien senti.
Cet un exercice simple et très efficace. Cela laisse la parole au mental, bien que ce soit toujours le Moi supérieur qui ait le dernier mot avec une note positive.
Voyez comme il ne s'agit pas de bannir l'ego, mais au contraire de l'écouter et le rassurer. Ainsi, avant d'aller chez le dentiste je n'aurai pas d'angoisses car j'ai terminé sur une note optimiste et mon ego travaillera avec moi et non contre moi.
 
La clé de la liberté est l'équilibre/qui est libre.
 
Emilie Dedieu
×