Suis-je un guérisseur ?

Comme je le dis souvent, nous portons tous en nous le fluide guérisseur, nous possédons tous, par conséquent, la capacité de guérir, de transmettre une énergie "cicatrisante". Pourtant, il existe une famille d'âmes appelée "famille des guérisseurs", ce qui différencie ces âmes des autres est leur don inné à soigner autrui. Ce don se traduit par l'envie profonde et sincère d'aider les gens qui souffrent et ce dès l'enfance, d'accompagner ceux qui traversent la maladie, d'épauler les personnes en demande d'aide, d'apaiser les blessures... Les guérisseurs se retrouvent donc très naturellement à travailler dans le milieu médical, mais aussi auprès des animaux et dans les coins du monde où la nature est au plus mal. Leur simple présence soulage les maux, apaise les tensions, ils portent une énergie qui soigne et cicatrise, on se sent bien à leurs côtés, on recherche leur compagnie quand on est au plus mal. Leur fluide guérisseur est libre, ils n'ont pas besoin de "travailler" pour le développer car c'est en eux, et bien souvent ils guérissent de façon instinctive.
En revanche, il peut arriver qu'ils n'utilisent pas leur fluide guérisseur, qu'ils le bloquent en refusant d'être ce qu'ils sont. Dans ces conditions il est fréquent qu'ils souffrent de divers maux ou petites maladies, ces maux/mots sont un appel à se rappeler et assumer qui ils sont
 
Visualisons une ampoule allumée que l'on enferme dans une boite, si on la laisse trop longtemps enfermée, l'intérieur de la boîte risque d'être peu à peu endommagé, de chauffer, de se déformer, de souffrir. Il est donc préférable d'ouvrir le couvercle de la boite afin de laisser passer la lumière. Maintenant, imaginons que la lumière de l'ampoule est le fluide guérisseur, et la boite le corps du guérisseur. Si le guérisseur retient trop longtemps son fluide en lui, cela peut causer des maux à l'intérieur de son corps. Ces maux sont comme des portes de sortie, des fêlures par lesquelles le fluide tente de s'échapper, de se libérer. On ne peut retenir trop longtemps notre lumière.
 
Pour travailler avec le fluide guérisseur, il suffit de poser ses mains sur la douleur, la souffrance, la plaie, que ce soit celle d'un animal, d'un humain, d'une plante. Alors, la douleur se fait moins vive. Parfois, il suffiy  de mettre des mots sur les maux, car les guérisseurs peuvent guérir par la parole. Ils ne guérissent pas que le corps, ils soignent aussi l'esprit.
 
Toutefois, comme indiqué plus haut, ce n'est pas une obligation d'appartenir à cette famille d'âmes pour devenir guérisseur, car nous portons tous ce fluide en nous, mais parfois il est à l'état de veille, comme ci l'ampoule était pour le moment éteinte. Alors, les choses seront peut-être un peu moins instinctives, il y aura un petit travail à faire sur son corps et son esprit pour allumer cette ampoule, car le fluide doit traverser la porte du chakra cœur qui n'est pas totalement ouverte pour tous. Diverses blessures et lourdeurs du passé bloquent parfois l'ouverture. Ainsi, un travail intérieur permettra de libérer le fluide et de l'offrir à autrui et à soi-même. Nous pouvons tous guérir et nous guérir.
 
Comme dans tous les domaines de la Vie, il existe simplement des personnes plus prédisposées que d'autres, malgré tout, les clés sont offertes à tous.
Par exemple, je suis illustratrice car j'ai une prédisposition au dessin, mais, ma voisine qui dessine moins bien que moi peut très bien décider de suivre une formation et devenir elle aussi illustratrice.
 
Ce qui paraît le plus simple pour maîtriser nos capacités à guérir est de s’exercer sur les membres de notre famille et nos amis, toutefois, pas d'inquiétude si vous n'observez pas de résultats concluants ou immédiats lorsque vous travaillez sur des maux profonds. Ce n'est pas que cela ne fonctionne pas, simplement, il est parfois plus simple d'aider ceux qui sont en dehors de notre cercle familial et amical, car il y a moins d'enjeux émotionnels, moins d'attentes, moins de limites mentales. En effet, notre ego, plus présent quand il s'agit d'une connaissance, nous induit parfois en erreur avec des croyances toutes prêtes sur les nôtres. Par exemple si je trouvais mon enfant colérique lorsqu'il avait 2 ans, je vais avoir du mal à chasser cette idée de mon esprit, et je continuerais peut-être de la cataloguer "colérique" alors que ce n'est plus le cas aujourd'hui, et je lui prodiguerais un soin via cette fausse croyance, soin dont l’efficacité sera mitigée car mal ciblé. Gare aux croyances toutes faites. De plus, il se peut que nos proches doutent de nos capacités à soigner, cela peut ébranler notre confiance et interférer sur le résultat.
 
Lorsque l'on envoie de l'énergie à des inconnus, il n'y a pas ce type de cases, pas de filtres à travers lequel on observe le receveur. 
 
Mais pour les petits bobos du quotidien, s'entraîner sur les proches est un bon début.
 
Alors ne doutez pas de vos capacités, si votre cœur vous guide vers la voie de la guérison écoutez-le, c'est que votre chemin est ici.
 
Emilie Dedieu
×