Le pardon en 5 étapes

Notre plus grande clé, celle qui mène à notre propre guérison, est celle du pardon. Nous possédons tous cette clé, elle nous appartient et nous sommes les seuls à pouvoir l'utiliser. Pardonner signifie lâcher-prise et se libérer émotionnellement, psychiquement, physiquement, de ce qui nous pollue.

Mais, pardonner reste tout de même une tâche bien délicate.

Vous trouverez ci-dessous cinq étapes qui permettent d'utiliser cette merveilleuse clé :

1- *Reconnaître la blessure*

Dans un premier temps, il nous faut plonger dans le passé, notre passé, afin de mettre en lumière la blessure qui nous habite. En effet, bien souvent l'ego refuse d'admettre que nous sommes blessés, que nous souffrons, il est fier et préfère affirmer que tout va bien nous voilant ainsi la vue. Pourtant, on ne peut guérir ce que l'on refuse de regarder en face. Reconnaître nos blessures ne veut pas forcément dire revivre émotionnellement l'expérience, bien que cela arrive, mais simplement admettre que nous avons été blessés par le passé. 

Par exemple, si j'ai été trompée par mon conjoint il y a quelques années, il est fort possible que je porte aujourd'hui encore une blessure liée à cette trahison. Mon ego me criera peut-être que je suis forte et que cela ne m'a pas touchée, mais, si je me rapproche de mon cœur, j'entendrais sûrement une autre mélodie. La clé est d'être honnête avec soi-même et de reconnaître la souffrance quand elle nous habite. 

2- *Accepter l'expérience*

Dans un second temps, on se recentre sur le moment présent. Comme nous avons réussi à identifier la blessure, nous pouvons  maintenant commencer à travailler sur l'acceptation de l'expérience qui a créé cette plaie. Accepter l'expérience signifie ne pas lutter contre ce qui est, accepter notre chemin dans son intégralité. Cela ne veut pas dire cautionner le comportement qui nous as fait mal, la nuance est primordiale.

Dans mon exemple, j'accepte d'avoir traversé cette épreuve de trahison, car je ne peux rien y changer, cela est fait. En revanche, je n'approuve pas le comportement de mon conjoint. J'accepte mon expérience car elle fait partie de ma voie, sans valider l'acte. 

3- *Comprendre le message*

Petit à petit, ce travail d'accueil de ce qui est apaise notre douleur, et nous permet de passer au rang supérieur d’observateur de l'expérience. Nous pouvons alors légitimement nous demander pourquoi cette épreuve fait partie de notre histoire, en utilisant l'outil du miroir. car l'autre est notre miroir. Il faut comprendre que ce que l'on nous fait n'est rien d'autre que ce que nous nous faisons à nous-mêmes. L'autre extériorise ce que nous intériorisons. De plus, nous attirons à nous les personnes qui ont les mêmes expériences à vivre et dépasser, les mêmes blessures à panser. Un comportement qui nous blesse est un message important sur ce qui nous habite et nous hante, même inconsciemment. 

Pour en revenir à mon exemple, mon partenaire n'a fait que dévoiler au grand jour ce qui m'habitait déjà auparavant : le fait que je ne suis pas fidèle à moi même et refuse de le voir. Tant que je ne regarde pas en mon intérieur ce que je me fais à moi même, un autre me le rappellera de par son comportement ou ses paroles. D'ailleurs, si je regarde de plus près, il est fort possible que ma vie soit jalonnée de personnes qui me trahissent.

Voir le mal que je me fais me permet d'y remédier, car je redeviens actrice de ma Vie, et encore une fois, je ne peux guérir que ce que je vois.

4- *Pardonner l'autre*

Dans un quatrième temps, lorsque nous comprenons avec le cœur que l'autre ne fait que vivre la même expérience que la nôtre, car il y a donneur et receveur, nous ne lui pardonnons d'avoir délivré un message, notre message. Et, cela nous permet d'accepter notre expérience dans sa totalité. Nous sentons réellement que notre épreuve nous pousse à évoluer, à nous connaître et guérir notre être, à avancer et évoluer.

Dans mon exemple, je pardonne mon conjoint de m'avoir trompée, car il n'a fait que révéler ce que je me fais depuis bien longtemps. Je comprends que mon expérience est un tremplin, le pardon panse ma plaie, et permet aussi à mon conjoint d'avancer sur son chemin. Cela nous libère l'un et l'autre d'un lien pesant, d'un fardeau.

5- *Se pardonner et être*

Dans un dernier temps, comme nous cessons la lutte, envers l'autre et envers nous-mêmes, nous tirons un enseignement de l'expérience et nous nous pardonnons de porter des croyances erronées sur ce que nous sommes, croyances négatives qui sont si bien ancrées en nous que nous ne les voyions pas auparavant. Alors, l'Univers envoie régulièrement des guides extérieurs qui mettent en lumière ce qui nous fait mal, en mettant le doigt sur nos plaies, afin que l'on puisse les identifier et les refermer à jamais. Après ce Sacré travail, nous pouvons nous projeter vers l'avenir, tout en admirant la personne libre et heureuse que nous sommes. Car pardonner débloque le chemin de Vie.

Pour clore mon exemple, je révise mes croyances, je ne triche plus avec moi même en acceptant qui JE SUIS réellement, je me pardonne du mal que je me suis fait et je pardonne le messager : mon conjoint. Mon chemin s'allège, mes expériences deviennent de plus en plus lumineuses car j'accepte qui je suis. Suite à cela, je ne croiserai plus de personnes qui me trahiront.

Je termine cet article en précisant qu'il est important de faire de son mieux, sans culpabiliser ou éprouver de la colère envers soi même, car le pardon est un long travail qui peut être douloureux. Il est possible que des étapes soient beaucoup plus longues à franchir que d'autres, vivons les avec paix et amour, sans forcer ou lutter. Dans ce processus de libération le temps est notre allié. 

 

Emilie Dedieu

×