Ecrire son histoire

Imaginons notre Vie comme un grand livre. Chaque page décrit un peu de nous, nos expériences, notre histoire, notre chemin. Il y a une table des matières, des numéros de page, tout est bien classé et ordonné.

Certaines pages de notre livre sont abîmées, cornées, ce sont les pages que nous relisons le plus souvent: celles qui relatent nos expériences les plus douloureuses.

Nous relisons ces pages car nous cherchons des réponses à des expériences non dépassées (lorsqu'une situation est acceptée nous n'y revenons plus). Alors, nous passons beaucoup de temps à relire les mêmes chapitres, parfois même à tel point que nous en oublions que notre histoire possède une suite, qu'elle est encore à écrire.

Mais surtout, à force de se focaliser sur ces mêmes pages sombres et de faire abstraction des pages les plus lumineuses, nous trouvons notre Histoire assez négative, nous en arrivons même à ne plus l'aimer. Et, ne plus aimer son livre revient à ne plus s'aimer.

Observons comme le passé a une incidence majeure sur l'amour que l'on se porte à soi même. Comment s'aimer si l'on reste chaque fois le nez plongé dans les pages les plus terribles de notre vie?

Pourtant, le livre de notre vie n'est pas un livre obscur et figé, mais un livre d'enseignements! On devrait pouvoir y lire une conclusion positive après chaque chapitre.

Alors, si vous vous prenez à relire une tranche douloureuse de votre passé, ne replongez pas totalement dans l'expérience, visualisez-vous simplement en train de lire votre Histoire sur un livre et non en train de la revivre, et notez votre conclusion en bas de la page.
Par exemple, si un jour vous avez été trompé, ne revivez plus cette tromperie, annotez en bas de ce chapitre ce que vous y avez gagné, comme: "aujourd'hui je suis avec quelqu'un qui me convient mieux", ou si vous avez eu un accident notez "aujourd'hui je suis plus vigilent", sachez que dans chaque expérience, même les plus douloureuses, réside la lumière. Celui qui voit comprend.

A force de faire ces petites conclusions, votre livre gagnera en légèreté, en douceur, car vos émotions négatives ne seront plus piégées dans certains chapitres, alors les pages deviendront de plus en plus lumineuses, même lorsqu'elles relateront des expériences dites négatives.
Reprenons conscience que le livre de notre vie est avant tout un manuel d'enseignements.

Aimons notre livre et nous nous aimerons, soyons fiers de notre histoire et nous nous autoriserons, voyons sa lumière et nous illuminerons, comprenons son utilité et nous saurons qui nous sommes. Notre livre n'est pas une histoire bouclée dans laquelle on s'enferme, mais une création vivante que nous écrivons au fur et à mesure.

Et vous, comment voyez-vous votre livre? Une image doit vous venir en tête et elle résume votre regard sur vous même.

Emilie Dedieu