Dissocier cause et miroir

Comme je le dis régulièrement, nos réactions/extérieur, reflètent ce qui nous habite/intérieur. Nous pouvons donc mettre en parallèle réactions et conséquences, ainsi que blessures et causes.

Les personnes, les expériences, les situations, ne sont que des miroirs par lesquels se dévoile notre intérieur. Cela permet de mieux se connaitre, de comprendre ce qui réside en nous, nos forces et nos faiblesses. Il est donc bénéfique d'observer nos comportements et réactions dans chaque situation, mais pour cela, il est primordiale de dissocier causes et miroirs. Car nous sommes régulièrement dans l'erreur à ce sujet, et cela nous empêche de réellement panser nos blessures.

Prenons un exemple simple:

Imaginons un enfant qui aime jouer de temps à autre à un jeu vidéo, je précise bien qu'il y joue raisonnablement. A chaque fois qu'il perd sa partie, il se met en colère, il devient très désagréable, il s'énerve contre le jeu et lui même. En tant que parents, nous pouvons intervenir en lui interdisant de jouer à ce jeu. Ainsi, il ne se mettra plus dans cet état si négatif, et nous parents, nous serons rassurés de ne plus le voir s'énerver ainsi. Lui interdire le jeu est simple et rapide. Pourtant, au final, est-ce le jeu qui met l'enfant en colère ? N'est-ce pas plutôt l'enfant qui porte déjà en lui de la colère, émotion qui ressort et s'exprime librement lorsqu'il perd sa partie de jeu vidéo ? 

Dans cette situation, le jeu n'est qu'une porte de sortie, un miroir qui reflète l'émotion de colère qui réside en l'intérieur de l'enfant. En effet, nous pouvons aussi remarquer que ce même jeu vidéo n'a pas les mêmes effets sur d'autres joueurs, certains enfants rirons de leur défaite par exemple.

Il est vrai que c'est par l’intermédiaire du jeu que la colère s'exprime, mais ce n'est pas le jeu la cause RÉELLE de la colère, celui ci n'est qu'un support il n'est pas la source.

On peut donc voir les choses ainsi : blessure = cause ---> jeu = miroir ---> colère = conséquence 

Il peut être bénéfique de bannir ce jeu vidéo de la vie de l'enfant, mais cela n'est qu'un travail en surface, car on constatera très vite que sa colère est toujours présente, elle s'exprimera simplement via d'autres supports, intermédiaires, expériences, personnes.

C'est pour cela qu'il est essentiel de mettre en lumière la cause réelle d'un comportement. Ne pas briser trop vite le miroir qui ne fait que réfléchir l'intérieur, car un miroir n'invente jamais rien, il projette, c'est en cela que le support ne peut être la cause. 

En effet, on a tendance à sauter cette étape, par facilité ou par peur, en effet il n'est jamais simple de regarder nos blessures et celles de nos proches, en considérant que la cause est le support (jeu vidéo dans mon exemple) et qu'il donne naissance à la conséquence (colère de l'enfant), en occultant la cause primordiale qui est l'existence de cette colère depuis bien avant. Par conséquent, nous n'utilisons pas les bons outils, nous pensons que détruire le support supprimera l'émotion, la réaction, le comportement, puis, l'on s'étonne de constater que l'émotion réapparaît dans d'autres circonstances. N'oublions pas qu'une émotion lourde doit sortir du corps, et pour cela elle utilise toutes les occasions à sa portée.

Il est plus simple de rendre les choses extérieures responsables de nos maux, en accusant le jeu vidéo de mettre en colère l'enfant, pourtant, chaque réaction prend sa source en l'intérieur de chaque être. 

Remettons donc les choses dans l'ordre en mettant en lumière les cause, les supports et les conséquences. 

 

Emilie Dedieu

×