L'affirmation de soi

Pour parler de l'affirmation de soi, je vais prendre un exemple vécu et parlant.

Un jour j'ai été conviée à une réunion familiale, avec des membres de ma famille que je ne voyais pas très souvent, moment plutôt sympathique et amusant d'ailleurs.
Mes enfants ont rencontré d'autres enfants, ils se sont mélangés, appréciés, disputés... comme tous les enfants du monde.
Seulement, lorsque l'adulte ne sait pas prendre sa place, les choses peuvent vite déraper.

L'un des enfants présent s'amusait à bousculer les autres, souvent...L'un de mes fils possédant un tempérament Feu, est malheureusement vite rentré dans le jeu et les frictions ont commencé. L'autre le "cherchant" l'a effectivement trouvé. Comme je le dis très souvent, la réponse est tout le temps à la hauteur de la demande. Alors, mon fils pour se défendre a fait tomber l'autre enfant. Bien entendu, je ne valide aucunement cela, mais je comprends aussi qu'à un moment donné les tensions poussent à ce genre de gestes malheureux. 
J’insiste tout de même sur un point important, pour qu'il y ait un échange, positif ou négatif, il faut un donneur ET un receveur. Mon fils a donc accepté de rentrer dans le conflit, car une partie de lui le désirait aussi. Mes autres enfants, plus calmes, bien que bousculés par cet enfant également, n'ont pas réagi aux provocations.

Je ne le savais pas à ce moment là, mais mon fils s'est fait disputer par le père de l'enfant, qui lui a rejeté toute la faute. Bien souvent, on ne voit que le mal que font les autres, c'est ainsi.

Pensant l'incident clos, mais surtout, n'aimant pas les conflits ou autres désagréments, je n'ai rien dit aux parents et leur fils. Je n'ai pas eu une réaction responsable, tout comme le père de l'enfant qui s'en ai pris à mon fils alors qu'il ne faisait que se défendre.

Alors, les choses se sont envenimées. 
Le lendemain, ma petite dernière de 15 mois jouait avec un ballon, lorsque l'un des enfants de cet homme a crevé le sien, et a donc chapardé celui de ma fille. Mes fils assistant à la scène, lui ont simplement dit de rendre le ballon au bébé. Rien de grave en sommes !
Seulement, le père du garçon a fait une esclandre. N'ayant pas vu toute la scène, il a pensé que mes enfants volaient le ballon de son fils, il s'est alors mis à hurler : "vous vous croyez où bande de racailles ! Vous n'avez pas honte de racketter mon fils comme ça, il a pas votre âge ! Allez jouer les caïds ailleurs !" , je ne rapporterai pas tout ce qui a été dit tant c'était violent et vulgaire, et oui oui, tout cela pour un ballon ! 
Il a ajouté en criant que mon fils avait frappé le sien la veille ...

Il a ridiculisé mes fils, et moi en même temps, en les faisant passer pour des enfants mal élevés, alors qu'ils souhaitaient simplement rendre le ballon à leur petite sœur. Très mal à l'aise, j'ai pris le ballon à ma fille, de 15 mois je le rappelle, pour le donner à son fils, histoire de couper court à la situation. Mais l'enfant l'a refusé, et le père a ajouté : "Il n'en veut plus maintenant c'est trop tard !". Le malaise...

J'étais tellement surprise et gênée d'une telle réaction, que je n'ai su quoi dire, alors, je me suis tu. 

Je déteste me faire remarquer, alors, j'ai la fâcheuse tendance à éviter les conflits en tout genre.
De plus, je ne voulais pas gâcher la réunion familiale en créant des discordes, d'autant plus que c'était la mère de cet homme qui nous avait invités et avait reservé le lieu de rencontre. Alors, je n'ai rien dit... Cela se serait passé avec des inconnus, j'aurais immédiatement réagit, mais là, j'étais tout à fait mal à l'aise.

Quelques minutes après le scandale nous sommes partis, prétextant une longue route pour mettre un terme à cette situation pénible.

Et là, avec mes enfants à l'arrière de la voiture, me racontant combien ils avaient été bousculés durant le week-end, la colère m'est montée ! J'étais en colère contre cet homme qui, a plusieurs reprises, a crié sur mes enfants injustement, en colère contre ses enfants qui méritaient un bon recadrage, et surtout et définitivement en colère contre moi même !

J'aurais du, dès le départ, expliquer pourquoi mon fils avait réagit de la sorte avec le sien, même si son comportement n'était pas judicieux, mais je n'ai pas osé, pour ne pas créer de malaise.
J'aurais du défendre mes enfants qui ont été insultés publiquement, mais je n'ai pas osé par peur de créer des conflits.
J'aurais du, le nombre de fois où le garçonnet provocateur m'a fouetté avec un fil de réglisse (et j'en passe...) prévenir ses parents, mais je n'ai pas osé créer de problèmes.

Après coup, sur le chemin du retour, je l'ai regretté !

Aujourd'hui je me rends compte à quel point il est important de s'affirmer ! Je ne parle pas ici d'entrer dans des situations de conflits égotiques, loin de là, mais d'affirmer son être, de ne pas garder les choses pour soi car cela ne fait que créer des malentendus qui peuvent devenir lourds. 
Finalement, s'affirmer c'est justement éviter les malentendus et déconvenues. J'ai pensé, à tord, que m'affirmer c'était m'imposer, donc entrer en conflit, mais c'est une erreur. S'affirmer, de manière douce et sereine évidemment, revient à désamorcer les choses bien au contraire.

On pourrait croire que la faute revient à cet enfant turbulent, ou encore à ce père qui n'a pas su comprendre la situation et peser ses mots, mais je suis tout autant responsable de cette situation ! J'aurais du dire ce que je ressentais, et mettre en lumière la situation avant que l'ombre nous happe. Je ne me juge pas, je remarque simplement avec bienveillance que j'aurais du agir différemment.

Je travaillerai sur cela, sur le fait de dire ce qui est, ce qui me gêne, ce qui ne va pas, je travaillerai sur mon affirmation

Affirmons-nous, toujours, avec paix et amour.

 

Emili Dedieu